Divers

Gastounnet

Gaston

Musique et paroles fraiches et vivifiantes
www.emalemusic.com

Des marionnettes !!!
www.lacompagniedeleo.com

Des photos d’animaux
www.faune-nievre.org

Dépannage et Services Informatiques
www.sqb.fr

Yoga

www.duyoga.fr

          Des songes heureux pour ensemencer les siècles

         Sachez que la création ne nous appartient pas ,mais que nous sommes ses enfants.

        Gardez vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la Création.

         Vivez avec légèreté sans jamais outrager l’eau, le souffle ou la lumière.

         Et si vous immolez un animal , sachez que c’est la vie qui se donne à la vie et que rien ne soit dilapidé de ce don .

         Sachez établir la mesure de toute chose

         Ne faites point de bruit inutile, ne tuez pas sans nécessité ou par divertissement.

         Soyez très éveillés lorsque le soleil illumine vos sentiers et lorsque la nuit vous rassemble, ayez confiance en elle ,

         car si vous n’avez ni haine ni ennemi, elle vous conduira sans dommage, sur ses pirogues de silence, jusqu’aux rives de l’aurore.

         Que le temps et l’âge ne vous accablent pas car ils vous préparent à d’autres naissances, et dans vos jours amoindris,

         si votre vie fut   juste ,  il naîtra de nouveaux songes heureux pour ensemencer les siècles

        Pierre Rabhi

Une vieille légende hindoue

Une vieille légende Hindoue raconte qu’il y eu un temps où tous les hommes étaient des Dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le Maître des Dieux , décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible de le retrouver.Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.Lorsque les Dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « enterrons la divinité de l’homme dans la terre » . Mais Brahma leur répondit : « non, cela ne suffit pas, l’homme creusera et la trouvera ».Alors les Dieux répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la dans le plus profond des océans ». Mais Brama leur répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard l’homme explorera les profondeurs de l’océan et il est certain qu’un jour il la trouvera et la remontera à la surface. »Alors les Dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »Alors Brahma leur dit : » Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »Depuis ce temps là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Extrait de «Découvre la puissance en toi »Éric Butterwarth

 

 

Gaston

Gaston

L’homme dans le trou

Un homme tomba dans un trou et se fit très mal.

– Un Cartésien se pencha et lui dit : « Vous n’êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou ».
– Un spiritualiste le vit et dit : « Vous avez dû commettre quelque péché ».
– Un scientifique calcula la profondeur du trou et la vitesse de chute.
– Un journaliste l’interviewa sur ses douleurs.
– Un yogi lui dit : « Ce trou est seulement dans ta tête, comme ta douleur ».
– Un médecin lui lança 2 comprimés d’aspirine.
– Une infirmière s’assit sur le bord et pleura avec lui.
– Un psychanalyste l’incita à trouver les raisons pour lesquelles ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
– Un thérapeute l’aida à se débarrasser de sa compulsion à tomber dans les trous.
– Une pratiquante de la pensée positive l’exhorta : « Quand on veut, on peut ! »
– Un optimiste lui dit : « Vous avez de la chance, vous auriez pu vous casser une jambe ».
– Un pessimiste ajouta : « Et ça risque d’empirer ».
– Puis un enfant passa, et lui tendit la main…

SAGESSE AMERINDIENNE--

Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille.
le premier loup représente la Sérénité, l'Amour et la Gentillesse.
Le second loup représente la Peur, l'Avidité et la Haine.
"Lequel des deux loups gagne ?" demande l'enfant.
"Celui que l'on nourrit" répond le grand père.
gaston

Gaston

Quelques livres …

« Féroces » Robert Goolrick

« Le pouvoir du moment présent » Eckhart Tollé  »

« Je suis né aujourd’hui au lever du jour » Jorge Bucay

« L’homme qui voulait être heureux » Laurent Gounelle

« La dernière leçon » Mitch Albon

« Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » Jonas Jonasson

« Va où ton cœur te porte » Susana Tamara

« Les chaussures italiennes » Henning Mankell

« A la recherche des câlins perdus » Giulio Cesare Giacobbe

« Le sumo qui ne pouvait pas grossir » Eric-Emmanuel Schmitt

« J’ai mal à mes ancêtres » Patrice Van Eersel et Catherine Maillard

« le meunier hurlant » Arto Paasilinna

« L’enfant gigogne » Jean Paul Fluteau

« Comment j’ai vidé la maison de mes parents »  Lydia Flem

 

Gaston

Gaston

 

« Se comprendre avec ou sans mots »

– Il est beaucoup moins fatigant de communiquer que de ne pas le faire.

– Pour rencontrer l’autre, on doit d’abord passer par sa propre solitude.

– L’individu, c’est ce qui est en nous et dont on distingue parfaitement la présence ou l’absence.

– La principale cause de stress et d’épuisement est la non-communication.

– Le seul moyen dont nous disposons pour obtenir de l’attention est d’en donner.

– L’attention dont nous manquons le plus est celle que nous nous refusons à nous-mêmes.

– La communication n’est pas un dû, c’est un privilège.

– Quand nous commençons à juger, nous avons atteint notre limite d’accueil et devenons indiscret.

– On peut aussi bien être coincé dans de la passion que dans de la douleur.

– En voulant gagner un peu de temps, on peut perdre « tout le temps. »

– L’ego est nécessairement fort quand on manque d’affirmation de soi.

– Le temps, à lui tout seul, ne résout rien.

– En colère on n’est pas soi.

– Pour rencontrer l’autre, il faut déjà exister soi-même.

– Quelqu’un qui se sent compris n’éprouve plus le besoin de se défendre ni d’attaquer.

– Nous ne sortirons de notre solitude intérieure qu’en nous individualisant.20130306_090738

– Pour rencontrer notre semblable il faut accueillir ses différences.

– Le négatif n’est pas ce qui est « mauvais », mais ce qui n’est pas accueilli.

– Être positif, c’est « accueillir les faits » ; être négatif, c’est « nier les faits.

gaston

– Pour maîtriser une erreur, il faut connaître ce qui l’engendre.

– Le non-verbal tient une place prépondérante dans l’accueil.

– Il est souhaitable de se libérer des apparences car la jeunesse qui déborde d’énergie a moins de vie que la vieillesse qui pourtant semble éteinte.

– Le jeune est vide de Vie mais plein d’énergie, et le vieux est plein de Vie mais vide d’énergie.